________________________________________________________________

Démarche :


 

Je me suis mis à peindre en 2015, à l'âge de 40 ans, parce que j'étais arrivé au bout du projet sur lequel je travaillais depuis près de dix ans.

J'ai commencé à travailler en 2006 sur un projet que j'ai appelé Numero17.

Mon objectif était de créer une musique électronique mettant en avant la matière sonore, les reliefs et les textures, tout en étant structurée de manière classique, avec des couplets, des ponts, des refrains ainsi que des textes.

J'ai composé et enregistré pendant les huit années qui ont suivi, une série de chansons tentant de répondre à ces critères.

En 2014 j'avais accumulé assez de matière pour former un ensemble cohérent et produire un album que j'ai appelé 'A Lonely Place '.

Cependant, à la satisfaction d'avoir su mener mon projet à terme s'est vite mêlé le sentiment de me trouver dans une impasse : j'étais convaincu que poursuivre dans cette unique voie ne pourrait m'amener qu'à la redite. Il m'apparaissait évident qu'il me fallait donner une suite logique à ce premier album, mais pour autant, je n'avais aucune envie de me répéter, de faire du surplace ou de me sentir prisonnier d'un moyen d'expression exclusif.  Au contraire, j'éprouvais ce besoin impératif d'essayer une autre direction. D'utiliser un autre média.

C'est ce conflit, qui au début de l'année 2015, ma mené à imaginer une peinture minimaliste, épurée, austère, dirigée par mon amour pour l'objet disque vinyle et par ceux qui, à mon sens, en sont les grands noms du design artistique (Saul Bass, Peter Saville, Anton Corbijn, Julian House, Torsten Posselt, ...). Une peinture portée par un support  accidenté, aux reliefs rudes et aléatoires, inspiré du goudron.  - Pourquoi le goudron ? Pour son toucher unique, son aspect dépouillé, minimal, parce qu'il convient parfaitement à l'épure que je souhaite apporter à ma peinture,  mais aussi pour tout ce qu'il représente, symbole fort de modernité, d'ordre et de progrès dont l'état de délabrement ou la simple absence semblent nous parler du monde dans lequel nous vivons et du regard que nous portons sur ceux qui nous entourent. -  Un support dont j'ai élaboré la méthode de fabrication, pour que ma peinture devienne le prolongement physique de ce que j'avais cherché à produire au travers de ma musique.

    

Méthode :

 

Je divise mon travail en deux phases distinctes :

    

     - Phase de fabrication du support, grâce à une matière que j'obtiens en mélangeant deux éléments principaux que sont le sable de silice et la colle vinylique.

Je travaille selon un schéma géométrique que j'ai préalablement posé sur la toile. Puis, je fabrique mon support en respectant les temps de séchage nécessaires à chaque élément avant de pouvoir passer au suivant. Je façonne mon support à l'aide de pinceaux brosse, de couteaux , de lames et de barres d'acier

    

     - Phase de peinture. A l'acrylique. Toujours sur matière sèche. Au moyen (souvent) de pinceaux à maquillage, ou de pinceaux que je coupe à ras pour une meilleure adaptation aux reliefs de la matière. Au moyen (surtout) de rouleaux mousse, dont le manche doit être rigide tout en étant assez souple pour pouvoir subir les différences de pression nécessaires aux nuances de textures, de rendu et d'imprégnation de la couleur dans la matière. Au moyen (parfois) d'éponges, de papier à poncer ou directement de la main.

________________________________________________________________

    

Ce site vous propose de découvrir quelques-uns de mes tableaux (série AGK) et d'écouter l'intégralité de mon album 'A Lonely Place'  (via le lien Bandcamp situé

ci-dessus). Vous trouverez également ma série de photographies et œuvres dérivées, "Vinyl Arts", qui est plus une récréation qu'une véritable création.

_________________

Toutes œuvres : Alan G. Kaplan (sauf oeuvres dérivées "Vinyl Arts")

-  Droits réservés. Alan G. Kaplan 2015 > 2019  -

 

contact.agkaplan@gmail.com / 06.08.31.87.63

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now